03 février 2017 ~ 0 Commentaire

Retour de bâton pour l’enfarineur de Valls.

manuel valls - premier ministre - gouvernement france

Il est environ 13 h 45, ce jeudi 22 décembre, quand Manuel Valls, en visite à Strasbourg, s’apprête à entrer dans le café Broglie, entouré des élus locaux du Parti socialiste. Au moment de franchir le seuil de la porte, le candidat à la primaire de la Belle alliance populaire est surpris par un individu qui surgit au milieu de sa garde rapprochée et lui jette de la farine en criant « 49.3, on n’oublie pas! ».
Tandis que l’ex-Premier ministre et son entourage dont le député Eric Elkouby lui aussi copieusement enfariné se réfugient à l’intérieur du café, le jeune homme est rapidement maîtrisé par les forces de l’ordre avant d’être emmené en garde à vue au commissariat de Strasbourg.
Le geste, filmé et largement diffusé par les médias nationaux, fait rapidement le tour du web.

« Du registre de la pitrerie »

Son auteur, M. (*), un jeune homme de 25 ans, a décidé de s’exprimer au sujet de son acte, qu’il assume entièrement : « J’ai appris le matin même la venue de Manuel Valls à Strasbourg. J’ai réfléchi à la manière de lui montrer mon mécontentement et que ça ait plus d’impact qu’une simple altercation verbale. » Un mécontentement qui a atteint son paroxysme chez cet intermittent dans l’audiovisuel, lorsque Manuel Valls a indiqué, le 15 décembre dernier dans le cadre de sa campagne, vouloir supprimer le 49.3. Un article de la constitution auquel l’ancien Premier ministre a eu recours six fois entre 2015 et 2016 : « J’ai été effaré de voir ce politicien nier la réalité des faits, qu’il se présente comme une solution alors qu’il n’a pas réglé le problème avant. »

S’il dit « comprendre les gens qui prennent ça pour une agression » , M., par ailleurs très investi dans la politique et notamment en faveur de la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle, invoque Noël Godin, le célèbre entarteur belge, pour justifier l’aspect non-violent de sa démarche : « Je voulais le faire descendre de son piédestal, mais sans violence. Le jet de farine, c’est du registre de la pitrerie. C’est un geste inoffensif qui arrive à toucher la personne avec plus d’impact que les mots. Et je pense avoir touché son ego. »

Par cette phrase, M. pense surtout à un article du Canard Enchaîné , paru le 28 décembre, qui fait état du courroux du candidat à la primaire de la gauche après son enfarinage, et dans lequel Manuel Valls indique que l’assaillant « est un technicien de France Bleu Alsace présent dans le cadre de son travail ». C’est là que les choses se corsent pour le principal intéressé, qui s’interroge toujours sur les fuites dans la presse concernant son activité professionnelle. Depuis mars 2016, M. est le CDD n°1 au sein du service technique de la station basée à Strasbourg « et le seul en Alsace depuis septembre » , précise-t-il. Une activité parmi d’autres pour le jeune homme qui se trouve être sous contrat le fameux 22 décembre : « J’ai effectivement travaillé à la station, mais de 5 h 30 à 13 h 30. Les faits se sont déroulés à 13 h 45. Ce que j’ai fait, je l’ai fait en tant que citoyen. Dire que j’étais là-bas dans le cadre de mon travail, c’est faux. »

Dans un premier temps, M. ne s’attend pas à des répercussions sur sa vie professionnelle : « Je pensais que ça se jouerait davantage sur le terrain judiciaire. Pour l’instant, je n’ai pas de nouvelles**. » Alors qu’il est sous contrat jusqu’au 30 décembre, il continue de se rendre à la station après l’enfarinage comme si de rien n’était. Mais, depuis une semaine, il ne reçoit plus les mails relatifs à son service : « J’en recevais trois par semaine environ, et depuis, plus rien. »

Plus de contrat à France Bleu Alsace

Ses craintes se confirment lorsqu’on lui indique clairement, la semaine dernière, qu’on ne ferait plus appel à lui à l’avenir, au sein de France Bleu Alsace du moins : « Je ne comprends pas cette réaction, je la trouve injustifiée. Je considère comme une attaque la volonté de ne plus m’employer et je veux rétablir la vérité : qu’on ne me reproche pas dans ma vie professionnelle ce que je fais dans ma vie privée. »

Contactée à plusieurs reprises par téléphone et par e-mail, la direction de France Bleu Alsace n’a pu être jointe pour donner sa position sur cette affaire.

S’il assume le geste, M. n’entend pas devenir un personnage public pour autant : « Je tiens à ma vie privée. Ce que j’ai fait, c’est pour que les gens prennent conscience de leur pouvoir sur les politiques, de leur montrer qu’il y a d’autres moyens d’agir et de les faire sortir du fatalisme et de la résignation. »

* Il a souhaité qu’on ne divulgue pas son identité.

** Interpellé sur les lieux, il avait passé le reste de l’après-midi en garde à vue avant d’être libéré. La possibilité de poursuites pour « violences aggravées par deux circonstances » a été évoquée. La première circonstance étant le fait que son geste ait atteint une « personne investie d’un mandat électif public », en l’occurrence le député Eric Elkouby (et non Manuel Valls qui était simple citoyen depuis sa démission de Matignon), et la deuxième circonstance l’usage d’une arme par destination, en l’espèce… la farine. Aucune suite n’a été donnée pour l’instant.

 

http://www.dna.fr/culture/2017/02/03/retour-de-baton-pour-l-enfarineur-de-valls

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Demain, quelle France ? |
Meulanbleumarine |
Gemini0planet |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Informaction
| Un supermarche à ceyzeriat ...
| Tous Unis pour le Canton d&...